• Communiqué – 15 octobre 2021

  • Communiqué – 15 octobre 2021

  • Communiqué – 15 octobre 2021

  • Communiqué – 15 octobre 2021

Communiqué – 15 octobre 2021

COMMUNIQUÉ
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

VINGT ANS POUR LE CENTRE TECHNOLOGIQUE DES RÉSIDUS INDUSTRIELS

Rouyn-Noranda, le 15 octobre 2021. – Le Centre technologique des résidus industriels (CTRI) célèbre son vingtième anniversaire. Mis sur pied au tournant des années 2000 dans l’objectif d’offrir aux entreprises de la région et du Nord-du-Québec des expertises et des services techniques en recherche et en innovation, le CTRI s’est rapidement imposé comme un acteur incontournable en la matière.

Le CTRI s’est d’abord illustré dans le monde forestier, mais au cours des dernières années, l’expertise des chercheurs a permis à l’organisme d’ouvrir ses horizons et de proposer des projets de recherche appliquée en mines et environnement, en biomasse et bioénergie, ainsi qu’en traitement des effluents contaminés.

« On peut penser que vingt ans, c’est peu, mais on a l’impression que le CTRI existe depuis toujours. Il s’est passé tellement de choses en vingt ans qu’il y a tellement d’histoires de réussite à raconter. Je suis heureux et fier de faire partie de cette histoire », explique Hassine Bouafif, directeur général du Centre.

« La vision que nous avons eue en 2000 pour la valorisation des résidus industriels prend tout sens aujourd’hui. Cette vision est encore plus d’actualité aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a vingt ans », souligne Sylvain Blais, directeur général du Cégep.

« La société fait de plus en plus d’efforts pour avoir des milieux de vie plus verts, alors l’idée d’une économie circulaire et celle de maximiser les ressources que nous avons déjà cadrent très bien avec ce que le CTRI fait déjà, soit de travailler avec ce que les autres ne veulent plus », ajoute Sylvain Blais.

Depuis son ouverture, le CTRI a évolué pour le mieux. Au départ, l’idée d’un centre de recherche affilié au Cégep était une idée presque irréaliste d’un groupe de passionnés. Rapidement, le projet a pris forme. Quelques années plus tard, en 2004, le CTRI recevait son accréditation probatoire et devenait le trentième Centre collégial de transfert technologique (CCTT) affilié au Réseau Trans-tech.

« L’idée est venue à la fin de l’année 1999. On se cherchait un créneau qui nous ressemblait avec ce que l’on vivait au quotidien, donc nous nous sommes intéressés aux résidus forestiers et miniers », raconte Daniel Marcotte, fondateur.

« On a dû faire comprendre aux autres centres du Québec que nous n’étions pas un obstacle. Ce contexte nous a obligés à nous démarquer, et aujourd’hui, on peut dire que c’est un succès sur toute la ligne », poursuit-il.

 

Un nouveau site Web

Pour célébrer son vingtième anniversaire, qui a été retardé par la pandémie, le CTRI s’est refait une beauté avec un tout nouveau site Web que l’on peut consulter ICI.

Plusieurs chercheurs du CTRI ont également participé à des capsules dont le titre est Mon projet de recherche en 30 secondes. Celles-ci sont déjà sur le site, dans chacun des secteurs d’activité du laboratoire en question.

– 30 –

SOURCE

Piel Côté
Conseiller en communication
Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue
Téléphone : 819 762-0931, poste 1243
Cellulaire : 819 279-8947

version imprimable