• Les étudiants du Cégep endossent l’uniforme!

  • Les étudiants du Cégep endossent l’uniforme!

  • Les étudiants du Cégep endossent l’uniforme!

  • Les étudiants du Cégep endossent l’uniforme!

  • Les étudiants du Cégep endossent l’uniforme!

  • Les étudiants du Cégep endossent l’uniforme!

  • Les étudiants du Cégep endossent l’uniforme!

  • Les étudiants du Cégep endossent l’uniforme!

Liens rapides

Les étudiantes et les étudiants inscrits en Techniques d’intervention en milieu carcéral au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue n’ont désormais plus besoin de se préoccuper de leur tenue vestimentaire depuis l’adoption récente d’un nouveau code de conduite propre à ce programme : le port de l’uniforme!

Les comédiens l’affirment souvent, le port du costume déteint instantanément sur l’incarnation d’un personnage. Il en va de même du port de l’uniforme qui exerce d’emblée une influence sur la posture, le langage et le comportement de ceux qui l’endossent. C’est précisément l’objectif visé par la responsable et les enseignants du programme en instaurant cette mesure, qui a été soumise initialement par les étudiants de la dernière cohorte, à la grande satisfaction de l’actuelle.

« Les étudiants sont très fiers de porter le nouvel uniforme. En plus de répondre à l’éthique du métier d’agent des services correctionnels, l’uniforme impose un décorum et favorise l’acquisition des attitudes professionnelles reliées à leur futur travail. L’autre impact positif de l’uniforme, et non le moindre, c’est le renforcement du sentiment d’appartenance à leur groupe », explique Manon Richard, responsable du programme.

Les étudiants doivent revêtir l’uniforme en tout temps dans le cadre de leur cours et, il va sans dire, adopter des comportements traduisant le respect et le professionnalisme inhérents à leur fonction. D’une durée de 1 605 heures et offert pour la huitième fois au campus d’Amos, le programme Techniques d’intervention en milieu carcéral s’emploie à développer la capacité d’intervenir auprès de la personne incarcérée et de travailler, avec d’autres intervenants, à sa réinsertion sociale.

Depuis quelques années, la région d’Amos connaît une pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans le domaine des services correctionnels. C’est dire que les perspectives d’emploi sont très favorables dans ce domaine, d’autant que, d’ici peu, l’inauguration d’un nouveau centre de détention permettra à Amos l’embauche d’agents des services correctionnels additionnels. « La neuvième cohorte devrait démarrer à l’automne 2017 et, fait à noter, depuis la création de ce programme, l’établissement de détention d’Amos a pratiquement recruté tous nos finissants », conclut le directeur de la Formation continue et des services internationaux, Marc Bertrand.

-30-

Source :
Renée Nolet
Conseillère en communication
819 762-0931, poste 1243

Les étudiants du Cégep endossent l’uniforme!